Mot de la candidate


Assumer notre indépendance

Cette course à la direction du Parti Québécois sera déterminante pour l'avenir du Québec. Notre formation politique a deux routes devant elle : celle du bon gouvernement provincial, qui nous a menés aux résultats de 2014, ou celle de l'indépendance, que nous avons trop longtemps mise de côté. C’est cette deuxième option qui est au cœur de ma démarche et de mes aspirations.

Le temps de l'attente est terminé. Ça fait 20 ans que nous attendons. À ce rythme, si nous ne donnons pas un sérieux coup de barre au mouvement indépendantiste, nous allons continuer à attendre longtemps comme les spectateurs de notre avenir.

Notre parti doit s'assumer. Oui nous sommes indépendantistes et oui, nous considérons que c'est ce qu'il y a de mieux pour l'avenir du Québec. L'heure est venue de nous remettre en mouvement.

Qu’on le veuille ou non, l’élection de 2018 portera sur la question de l’indépendance du Québec. Préparons le terrain pour pouvoir la gagner. Nous sommes de plus en plus nombreux à réaliser que la solution pour faire cesser le saccage du PLQ, c'est l'indépendance.

Il faut que nous puissions nous donner les moyens de contrer des projets comme Énergie Est, qui visent à faire du Québec une autoroute d’exportation du pétrole bitumineux. Le Québec indépendant va avoir toute la force nécessaire pour dire non à ce projet pollueur et dangereux.

Avec Climat Québec 2030, nous avons un projet de société emballant qui met de l’avant des idées pour faire du Québec un chef de file mondial dans l’économie du 21e siècle. Un plan avec des mesures robustes qui permettra de créer pas moins de 350 000 emplois de qualité d’ici 2030.

Nous avons aussi l’opportunité, dans le cadre de cette course, d’établir un véritable dialogue avec la nouvelle génération d'indépendantistes. Elle est mobilisée aux quatre coins du Québec, que ce soit au Parti Québécois, à Option nationale, à Québec Solidaire ou au Bloc Québécois. Il y a également des dizaines d'organisations qui préparent le pays, regroupées avec le Oui-Québec ou dans la société civile. Pour faire converger tout ce mouvement, la clé est un engagement clair pour l'indépendance.

Nous avons bâti une société qui fait rougir d'envie un grand nombre des 193 pays à l'ONU, tout ça avec la moitié d'un État. Imaginez ce que nous allons réaliser avec un État complet! Imaginez le Québec 194e pays à l’ONU!

J’ai comme ambition que les Québécoises et Québécois de tous les horizons assument leur indépendance. Il faut que le Parti Québécois prenne les moyens pour passer du rêve à la réalité. Ensemble, nous en sommes capables!

Ministre des Ressources naturelles de 2012 à 2014, j'ai travaillé à l'électrification des transports, à la charte du bois et à l'élaboration de notre nouvelle loi sur les mines. Je suis Députée de Saint-Hubert depuis 2010. Ma formation d'ingénieure de McGill et mon MBA des HEC m'ont permis de mener une brillante carrière chez Hydro-Québec de près de 20 ans, principalement comme gestionnaire.

Martine Ouellet