Mot du candidat


Oser. Réussir. #AvecLisée

Les indépendantistes québécois ont soif de victoires. Les progressistes québécois ont soif de victoires. Ceux qui se battent pour les plus démunis, ceux qui créent des entreprises, ceux qui veulent raconter notre histoire et faire rayonner le français, ceux qui veulent un Québec plus vert, tous, en ont assez des reculs. Tous, veulent des victoires.

Pour cela, il faut oser. Oser dire les vraies choses. Oser entendre les Québécois.e.s qui nous demandent de mille façons, depuis un bon moment, de leur épargner la tenue d’un référendum hâtif. Oser ravir ainsi aux incompétents Libéraux qui nous gouvernent le seul argument qui les conduit, eux, de victoire en victoire. Malgré tout le mal qu’ils infligent au Québec, à ses institutions, à son identité.

Oser réussir nos retrouvailles avec l’électorat en 2018. Oser redonner au Québec un gouvernement national intègre, responsable, réformiste, progressiste, proche des PME, des agriculteurs, des régions, actif pour faire avancer résolument mais graduellement la laïcité.

Oser se donner un rendez-vous avec l’histoire, un compte à rebours de six ans, inscrit dans l’article 1 de notre programme : « Le Parti québécois et ses partenaires solliciteront en octobre 2022 le mandat de réaliser l’indépendance du Québec ». Oser rassembler, dans la convergence, toutes les forces indépendantistes pour y parvenir. Oser modifier, d’ici 2022, le mode de scrutin pour y introduire une saine dose de proportionnelle.

Oser pour réussir, dans le prochain mandat, une reconstruction du lien de confiance entre notre parti, la population, les jeunes, la diversité. Comment ? En offrant un vrai leadership. En économie, en donnant à la Caisse de dépôt le double mandat d’offrir un bon rendement et de développer l’économie de la nation, des régions, d’être actif pour la rétention de nos sièges sociaux. En faisant fleurir l’innovation. En réduisant la paperasse qui freine nos entrepreneurs. En diminuant les inégalités et en faisant résolument reculer la pauvreté et l’analphabétisme.

Oser confronter les lobbies en gelant la rémunération des médecins, en redistribuant des actes cliniques aux infirmières, aux pharmaciens et aux autres professionnels. Oser réinvestir dans la mission de base des organisations communautaires indispensables à la qualité de vie de nos concitoyens. Oser donner des bains et des douches, de vrais légumes, donc de la simple dignité aux 40 000 résidents des CHSLD.

Oser briser les tabous. Admettre que l’absurde objectif de 50 000 immigrants par année imposé par les Libéraux a conduit à des milliers de rêves brisés, d’architectes qui conduisent des taxis, d’ingénieurs qui croupissent au chômage.

Oser un grand chantier public, dès 2018, pour se donner une constitution qui clamera qui nous sommes, ce qui nous unit et ce vers quoi nous voulons cheminer ensemble.

Ma campagne, notre campagne, doit sonner l’heure de l’audace. Oser tendre la main aux militant.e.s, ouvrir grandes les portes de notre parti. Pour rassembler autour d’un objectif partagé : le congédiement des libéraux. Pour bâtir méthodiquement, en six ans, notre projet d’indépendance. Pour Réussir notre grand rendez-vous avec l’histoire.

Oser pour réussir notre mise au monde.